Restaurer la confiance dans la protection sociale

18/08/2022

 
Depuis 1945, la mise en place d’une protection sociale de qualité (Sécurité sociale, retraite complémentaire et accords de prévoyance) vise à protéger la population contre les aléas de la vie. Cette architecture s’est malheureusement complexifiée au fil du temps avec un modèle perpétuellement remis en question au regard des mutations socio‐économiques. Pourtant, dans l’incertitude économique actuelle, une protection sociale correspondant aux aspirations de nos concitoyens n’a jamais été autant nécessaire.
 
Le poids financier de la protection sociale est plus que significatif dans la redistribution de la richesse nationale, supérieure au budget de l’État. Envié au plan international, ce modèle ne cesse d’être écorné au nom d’une volonté d’équilibre financier dictée par une vision comptable à court terme. La pandémie a aussi mis en lumière de magistraux écueils en matière de sécurité sanitaire. En juin 2020, la CFE‐CGC a d’ailleurs porté des propositions dans un riche document : « Le Rocher de la santé : pierre d’angle d’une refondation ».
 
Aujourd’hui, réduire la protection sociale au simple dogme de la soutenabilité financière ne suffit plus. Face à une situation démographique qui se détériore, il convient de redonner confiance aux jeunes, de restaurer la politique familiale et d’agir pour couvrir le poids des retraites, non par un simple report de l’âge légal mais par une politique de retour à l’emploi pour ceux qui en sont privés. Une action efficiente en matière de dépendance est également impérieuse, les scandales récents en rendant plus cruelle la nécessité.
 
Pour la CFE‐CGC, cette refondation de la protection sociale doit être centrée sur les besoins de l’individu tout au long de la vie et pour tous les aléas, en s’adaptant à l’évolution des risques sociaux. La refonte suppose aussi sa viabilité à long terme.